English version of the article click here


Accueil » » vous êtes ici » Maladie » Comment rétablir l'équilibre acido-basique ? Liste des aliments

Comment rétablir l'équilibre acido-basique ? Liste des aliments

Vous vous sentez fatigué, stressé, vous avez des douleurs chroniques et vous avez quelques kilos en trop… Tous vos soucis ont peut-être une seule et même cause : l'acidité de votre organisme.


equilibre-acidite-chronique

Toutes les maladies de dégénérescence ne peuvent se développer qu’en terrain acide et oxydé.

Un terrain acide et oxydé est synonyme de détérioration et de vieillissement.


Quelques effets de l'excès d'acidité de l’organisme :

La liste des maux causés par un excès d’acidité chronique est interminable :

  • crises de gouttes, rhumatismes, arthrite, polyarthrite, arthrose, ostéoporose...;
  • aphtes sur les lèvres et dans la bouche, fissures au coin des lèvres;
  • renvois acides (régurgitations), brûlures d'estomac, ulcères;
  • calculs rénaux et vésicaux;
  • problèmes de peau (boutons, eczéma, herpès), varices;
  • rhumes chroniques, sinusites, otites, bronchites chroniques;
  • maux de tête et migraines;
  • douleurs sciatiques;
  • sensation de brûlure ou de démangeaisons de l'anus;
  • crampes musculaires, douleurs articulaires une baisse du système immunitaire, faiblesse des défenses immunitaires;
  • de la fatigue, un manque constant d'énergie;
  • de la frilosité, de la dépression;
  • une sensation de membres lourds;
  • de la nervosité, de l'irritabilité, etc...;
  • état dépressif, insomnie;
  • eczémas, peau sèche;
  • baisse, voire perte de libido;
  • déminéralisation osseuse;
  • vieillissement prématuré problèmes de communication, relationnels;
  • échecs répétitifs etc.…

Aux débuts de l'humanité, les gens étaient des chasseurs et des cueilleurs, ils faisaient beaucoup d'exercice et mangeaient essentiellement des fruits et légumes, et des viandes maigres.

Mais la sédentarisation s'est accompagnée de l'élevage et de la culture de variétés de plantes. De plus, les stress auxquels nous sommes soumis au quotidien nous ont changés.

Il y a donc eu une acidification de l'organisme. On mesure l'acidité grâce au potentiel hydrogène ou pH. Plus on va vers 1, plus c'est acide, plus on va vers 14, plus c'est basique. Le pH du sang est de 7,4 et fait tout pour rester le plus stable possible.


Des menus trop acidifiants

Pour fonctionner correctement, notre organisme doit se situer dans une zone de pH équilibrée. Si ce pH est trop bas, donc trop acide (généralement en-dessous de 7.4), vous souffrez d'un état appelé acidose chronique, aux conséquences potentielles multiples. L’acidité de notre organisme dépend directement de ce que nous mangeons.

Les minéraux peuvent être classés en deux catégories selon leur effet sur le pH de l’organisme. Dans le camp des minéraux « acidifiants », on retrouve le chlore, le soufre et le phosphore. Dans le camp des minéraux « basifiants » : le magnésium, le calcium, le sodium et le potassium.

Le changement considérable qui a eu lieu dans nos assiettes au cours des 100 000 ans qui nous précèdent a fait pencher la balance d’une consommation de minéraux basiques à une forte consommation de minéraux acides.


L’alimentation moderne menace l'équilibre acide-base, indispensable au bon fonctionnement de l’organisme.

Connaissez-vous l’histoire des oméga-3 ? C’est l’histoire d’une espèce - Homo sapiens - qui, au fur et à mesure de son évolution, a adopté une alimentation qui ne convenait plus à ses besoins. Il y a 100 000 ans, les chasseurs-cueilleurs que nous étions mangeaient autant d’acides gras oméga-3 que d’oméga-6, et même un peu plus selon des travaux récents. Un rapport idéal pour notre organisme. Puis l’agriculture et l’élevage sont arrivés. Et l’industrie alimentaire est née. Alors notre alimentation a évolué. Moins de poisson, moins de noix, moins de fruits secs. Donc moins d’oméga-3. Et parallèlement plus de céréales et d'animaux nourris avec ces céréales, plus de corps gras riches en oméga-6 comme l'huile de tournesol donc plus d’oméga-6. Résultat : d’un rapport oméga-6/oméga-3 de 1/1 nous sommes passés à un rapport de 15/1 ! Avec les conséquences que nous connaissons désormais : mortalité cardiaque, troubles de l’humeur, asthme, maladies inflammatoires.

L’équilibre acide-base ? C’est un peu la même histoire. Le menu de notre Homo sapiens en faisant la part belle aux végétaux lui apportait des minéraux comme le magnésium, le potassium et même le calcium. Nos assiettes sont aujourd’hui garnies de viandes et de céréales agrémentées d’une bonne dose de sel (chlorure de sodium). Cette alimentation riche en protéines animales et en chlorure a un inconvénient majeur : elle est acidifiante !


En quoi cette modification de l'équilibre acido-basique vers l'acidité de l'organisme est-elle néfaste ?

Notre corps a normalement des systèmes de neutralisation des acides qui lui permettent de rétablir l'équilibre acide-base du sang. Il va ainsi faire appel à ses réserves en bases afin de neutraliser les acides. En utilisant par exemple le calcium des os pour lutter contre les acides. Mais si le déséquilibre est trop important et chronique, on voit apparaître une fatigue, des douleurs musculaires et articulaires qui pourraient paraître bien banales. De plus, cela va avoir un effet sur le capital osseux, avec une déminéralisation progressive, notamment chez la femme. De manière générale, l'acidification de l'organisme va entraîner un vieillissement prématuré. Mais l'acidité est un mal silencieux, comme l'hypertension ou le pré-diabète, qui ronge petit à petit l'organisme jusqu'à ce qu'un problème de santé le révèle.


Comment lutter contre cette acidification ?

Il faut lutter contre les causes ! Le stress quotidien par exemple est responsable d'une acidification de l'organisme, liée au taux d'une hormone : le cortisol. Le manque d'activité physique est également lié à l'acidification. Mais attention, trop d'exercice est aussi délétère car producteur d'acides.

Et bien sûr, l'alimentation est un facteur essentiel à modifier pour rétablir l'équilibre entre les acides et les bases.

L’indice qui permet de connaître le potentiel acide ou base de chaque aliment : le PRAL. C'est grâce à lui que nous pouvons composer une assiette équilibrée selon la méthode acide-base. Beaucoup d'aliments riches en glucides sont acidifiants. Le vin rouge est lui légèrement basique, le café ne pose pas de problèmes particuliers et le chocolat non plus. Attention, certaines eaux minérales aussi ont des potentiels acidifiants. Et l'important ce n'est pas d'éviter les aliments acidifiants et de ne manger que les autres, mais d'équilibrer ses repas, c'est-à-dire compenser l'apport d'aliments acides par des aliments bases. Par exemple, le foie de veau a un PRAL de moins 14 et les épinards de plus 14.

Un plat avec ces deux aliments permet donc d'atteindre l'équilibre. Par contre, si vous prenez un steak, des pâtes avec du parmesan, un peu de fromage et un dessert sucré, vous arrivez à un total très acidifiant.

Il ne faut pas diaboliser un aliment rien n'est interdit, l'important c'est l'équilibre et la compensation. Globalement, l'idéal est de mettre dans son assiette 70 % d'aliments basiques et 30 % d'aliments acides.


Et comment modifier son mode de vie ?

Il faut bien sûr faire un peu d'activité physique, environ 10 000 pas par jours (facile à mesurer avec un petit podomètre). Ensuite on peut ajouter trois séances de sport par semaine sans négliger le renforcement musculaire. Pour la gestion du stress, la méditation, ou du yoga par exemple.


L'équilibre acide-base peut-il aussi avoir un effet sur le poids ?

Une alimentation acidifiante s'accompagne d'une prise de poids. Et le fait de rééquilibrer son alimentation a un effet direct sur la ligne, permettant d'éliminer les kilos en trop.


La santé en danger

Quelles conséquences pour la santé ? Les chercheurs continuent à explorer ce lien entre le déséquilibre acido-basique et les maladies modernes. Ils soupçonnent déjà l’acidité de favoriser la fonte musculaire, les calculs rénaux et l’hypertension artérielle. Mais surtout c’est désormais une piste très sérieuse pour expliquer la flambée de l’ostéoporose.
Pourquoi ?

Parce que notre organisme ne peut pas fonctionner dans un environnement trop acide. Si notre alimentation ne lui apporte pas assez d’éléments basiques, il va devoir trouver lui-même un moyen de rétablir l’équilibre. Comment ? En allant chercher les substances basifiantes dans ses réserves au premier rang desquelles : nos os. Ces derniers contiennent en effet des citrates et des bicarbonates, connus pour leur effet tampon, c'est-à-dire qu’ils diminuent l’acidité de l’organisme pour le ramener dans une zone de fonctionnement normal. Le problème : dans nos os, ces substances se trouvent sous la forme de citrate de calcium ou de bicarbonate de calcium. En puisant ces éléments basifiants, l’organisme « pompe » le calcium de nos os. Résultats : la densité osseuse pourrait diminuer, les os se fragiliser, c’est l’ostéoporose. Ceci pourrait expliquer pourquoi, dans plusieurs études, les personnes qui mangent le plus de protéines animales ont un risque de fracture osseuse plus élevé que les autres - mais cette hypothèse est contestée par certains chercheurs.

De là à prévenir et guérir l’ostéoporose en mettant les aliments basifiants à l’honneur dans notre alimentation, il n’y a qu’un pas. Déjà en 2001 l’équipe du docteur Katherine Tucker chercheur en nutrition humaine à la Tuft University de Washington, avait montré que les gens qui consomment le plus de fruits, de légumes, de magnésium et de potassium présentaient une meilleure densité osseuse.


La santé des hommes et celle de la planète ?

Comme chez l'homme, on peut faire le constat de l'acidification de la planète : pluies acides, acidification des sols... On constate aussi au niveau des océans que les coraux riches en calcium jouent le même rôle que les os dans l'organisme, et disparaissent en réaction à l'acidification de l'eau.

Aujourd'hui, l'Homme maltraite son corps comme il maltraite son environnement...


Tableau des aliments acides et alcalins

Ci-dessous la liste des différents aliments contribuant à l'acidification ou à l'alcalinisation des fluides de l'organisme, tel que l'urine, la salive et le sang veineux.

Les reins contribuent à maintenir la neutralité des fluides du corps en envoyant les surplus acides ou alcalins dans l'urine d’une façon générale, il est important d'avoir une alimentation comportant des produits se retrouvant de chaque côté du tableau. Nous avons en effet besoin d'aliments acidifiants aussi bien que d'aliments alcalinisant, mais avec une nette tendance vers une alimentation alcalinisant.

Les réactions allergiques et autres formes de stress ont tendance à produire des acides dans l'organisme. Une forte acidité indique qu'il faudrait choisir un plus grand nombre d'éléments dans le groupe des aliments alcalifiants.

Il peut être utile de vérifier le pH de votre urine à l'aide d'un papier pHydrion de pH Santé Beauté afin de déterminer si vos choix alimentaires vous assurent l'équilibre voulu.

Nous n'avons certes pas tous les mêmes besoins mais, pour la plupart d'entre nous, une alimentation idéale comporte de 65% à 70 % d'aliments alcalinisant et de 30% à 35 % d'aliments acidifiants par volume.

Il est important de noter que le degré d'alcalinité ou d'acidité d'un aliment peut varier selon le sol dans lequel la plante est cultivée (ou la nourriture avec laquelle un animal est nourri), la variété et le moment de la cueillette. Le magnésium, un aliment alcalinisant important, n'est généralement pas utilisé en agriculture commerciale. Il peut donc en résulter un aliment légèrement plus acide qu'un même aliment cultivé de façon biologique. L'alimentation d'un animal peut aussi contribuer à de légères variations du résidu acidifiant ou alcalinisant. Un bœuf nourri aux grains aura, tous les autres facteurs étant égaux, une viande plus acide qu'un bœuf nourri aux herbes.

Considérez donc cette liste à titre informatif seulement et non comme un absolu.


Aliments alcalinisant (70 %)

Légumes

• Ail • Algues marines • Asperge • Aubergine • Betterave • Bette • Brocoli • Carotte • Céleri • Champignons • Chlorelle (algue) • Chou • Chou frisé • Chou-fleur • Chou-rave • Choux e Bruxelles • Citrouille • Concombre • Courge • Cresson de fontaine • Daikon (radis blanc asiatique) • Feuillage de moutarde • Feuille de luzerne verte • Feuille de chou • Germination (tous les types) • Laitue (tous les types) • Légumes fermentés • Oignon • Panais (taux élevé de glycémie) • Pissenlit, fleur comestible • Pois • Poivron • Rutabaga • Spiruline (algue)

Fruits

• Abricot • Avocat • Banane • Bleuet • Cantaloup • Cerise • Dattes • Figue • Fraise • Framboise • Fruits tropicaux • Groseille • Mandarine • Melon d'eau • Melon miel • Mûre • Nectarine • Pamplemousse • Pêche • Poire • Pomme • Raisin • Tomate (mûre)

Protéines (végétales)

• Amandes • Graines de citrouille • Graines de courge • Graines de lin • Graines de tournesol • Graines et noix germées • Marron • Tempeh (fermenté)

Protéines (animales)

• Fromage cottage sans matières grasses • Lait fermenté biologique • Poudre de protéines de petit-lait de chèvre (lactosérum de chèvre) • Poitrine de poulet maigre

Épices et assaisonnements

• Cannelle • Curry (cari) • Gingembre • Moutarde • Piment rouge • Sel (de mer) • Miso • Tamari

Grains

• Millet

Boissons

• Eau minérale (non gazéifiée) • Eau de source • Jus de fruits frais non sucrés (pas les agrumes) • Jus de légumes (non sucrés) • Mélanges verts de super-aliments

Autres

• Cultures probiotiques sans produits laitiers (pH Dophilus) • Vinaigre de cidre de pommes • Suppléments de super aliments verts

Édulcorants et sucres naturels

• Nectar (sirop) d’Agave • Sirop d’érable • Xylitol

Thés et tisanes

• Ginseng • Kombucha • Rooibos • Thé Bancha • Thé vert • Tisane de pissenlit • Tisanes • Yerba Mate

Aliments acidifiants (30%)

Produits laitiers

• Beurre • Crème • Crème glacée • Fromages de brebis • Fromages de chèvre • Fromages de vache • Lait (chèvre ou vache)

Fruits

• Ananas* • Canneberges • Citron* • Kiwi • Lime* • Orange*

* Ils sont généralement acides sauf s’ils sont locaux et muris sur l’arbre.


Matières grasses et huiles

• Beurre • Huile d'avocat • Huile de canola • Huile de carthame • Huile de chanvre • Huile de lin • Huile de maïs • Huile de pépins de raisins • Huile de sésame • Huile de tournesol • Huile d'olive • Saindoux

Grains Céréaliers*

• Amarante • Avoine (en flocons) • Blé • Épeautre • Farine de graines de chanvre • Kamut • Maïs • Orge • Quinoa • Riz (brun, basmati) • Sarrasin • Seigle

*Ainsi que les biscuits, pains, pâtes etc. fabriqués avec ceux-ci.


Protéines (végétales)

• Arachides* • Avelines (noisettes)* • Fèves blanches • Fèves de Lima • Fèves de soja • Fèves et légumineuses • Fèves noires • Fèves pinto • Fèves rouges • Lait de soja • Lentilles • Noix de cajou* • Noix de Grenoble* • Noix du Brésil* • Pacanes* • Pois chiches • Pois verts • Tahini* • Tofu

*Ainsi que leurs beurres.


Protéines (animales)

• Agneau • Canard • Crevettes • Dinde • Gibier • Homard • Huîtres • Lapin • Moule • Palourdes • Pétoncles • Poisson (tous) • Poulet (sauf la poitrine de poulet) • Porc

Autres

• Germe de blé • Levure de bière • Levure de boulangerie • Pommes de terre • Vinaigre distillé

Boissons alcoolisées

• Bière • Liqueurs • Spiritueux • Vin

Sucreries et édulcorants

• Aspartame • Boissons à saveurs de fruits • Boissons gazeuses



Autres articles qui pourraient vous intéressés :




Sources
Anthony Sebastian, Lynda A Frassetto, Deborah E Sellmeyer, Renée L Merriam, and R Curtis Morris, Jr. Estimation of the net acid load of the diet of ancestral preagricultural Homo sapiens and their hominid ancestors. Am. J. Clinical Nutrition, Dec 2002; 76: 1308 - 1316.
Tucker KL, Hannan MT, Kiel DP. The acid-base hypothesis: diet and bone in the Framingham Osteoporosis Study. Eur J Nutr. 2001 Oct;40(5):231-7.




Merci de l'intérêt que vous portez à danstonassiette.com


Pensez vous inscrire à la newsletter et être ainsi les premiers informés des nouveautés.

Suivez-nous sur les différents réseaux sociaux, afin de ne rien manquer !

Un j'aime ou un partage çà fait toujours plaisir ! coeur-partage

Bref, être en contact avec vous et connaître votre avis est important pour nous !


Pour signaler tout problème technique veuillez contacter le webmestre via le formulaire contact en-haut à votre droite.
Référence :
Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche, comme par exemple Google ou Bing, pour retrouver l'information désirée.
AVERTISSEMENT : Le site [Dans ton Assiette (Site web)] n'est pas destiné à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie quelconque. Les informations contenues dans le site [Dans ton Assiette (Site web)] ne sont pas un substitut à un traitement médical. Toujours suivre les conseils de votre médecin.














lets-go

VOUS AIMEZ DANS TON ASSIETTE ? SOUTENEZ-NOUS, ABONNEZ-VOUS SUR NOTRE PAGE FACEBOOK



SUIVEZ-NOUS SUR PINTEREST


TWITTER, GOOGLE+  ET SUR INSTAGRAM


lets-go


Inscrivez-vous à notre Newsletter et recevez nos meilleurs articles, des promotions et d'autres contenus en exclusivités.


Remplissez le formulaire ci-dessous pour vous abonner:


Prénom :

Email :

Je veux :