English version of the article click here


Accueil » » vous êtes ici » Maladie » HYPO OU HYPERTHYROÏDIE — Êtes-vous déficient en iode ?(partie 1)

Principales maladies reliées à la glande Thyroïde : HYPO OU HYPERTHYROÏDIE — Êtes-vous déficient en iode ?(partie 1)

Savez-vous que la moitié des gens atteint d’une thyroïdite ne sont pas diagnostiqués. En effet, car un cas moyen ou léger d'hypothyroïdie peut ne pas être détecté lors de l'analyse.
Surpoids, fatigue, déprime, problèmes de mémoire...Selon l'OMS, l'ensemble de la population mondiale manque de 10% de la valeur recommandée en iode. Et vous, êtes-vous carencé en iode ?
« Il est impossible d'avoir un système hormonal équilibré sans un apport adéquat en iode. » ~ Dr Brownstein


glande-thyroide-partie-1-iode

L’iode est un oligoélément minéral nécessaire à la vie et à la production des hormones thyroïdiennes T3 et T4. La carence en iode, avant les années 1920, était la principale cause d'hypothyroïdie.

Depuis qu'on ajoute de l'iode au sel de table - pratique née au Michigan en 1924 en raison des nombreux cas d'hypothyroïdie -, cette carence est rare dans les pays industrialisés.

Cependant, selon des estimations de l’Organisation mondiale de la Santé, près de 2 milliards d’individus sont encore à risque de carence en iode. Cela reste la 1re cause d’hypothyroïdie dans le monde.

Dans les pays industrialisés où l’on demande aux populations de limiter les apports en sel, les carences en iode sont omniprésentes, car les gens mal informés bannissent le sel* au lieu de le limiter.

Iode

L'iode est un oligoélément clef pour le fonctionnement de la glande thyroïde. Il est très important, car un apport insuffisant est responsable de nombreux maux, comme le crétinisme, et un apport excessif implique des risques de goitre ou d'hémorragie.

Cet oligoélément est présent dans tous les tissus, mais il est retenu en grande partie dans la thyroïde. En effet, sur les 25 à 50 mg contenus dans l’organisme, 8 mg sont concentrés dans cette glande endocrine située dans la partie antérieure du cou, sous la pomme d’Adam.

Le rôle de l’iode est par conséquent intimement lié à l’activité de la thyroïde.

Rôles de l'Iode

L'iode est un oligoélément clef dans l'organisme. Ses rôles sont multiples. Il a une action sur le métabolisme, la digestion des glucides et des protéines, participe au fonctionnement du cœur et des muscles, à la fertilité, ...

Voici les principales actions de l'oligoélément iode :

  • L’iode est nécessaire à la production des hormones thyroïdiennes T3 et T4, qui jouent un rôle très important dans la régulation du métabolisme cellulaire.
  • Il intervient dans le métabolisme basal (en stimulant la consommation d’oxygène) et par conséquent dans la régulation de la température.
  • Il a un rôle dans le métabolisme des glucides, des lipides et des protéines.
  • L'iode a une action sur le système nerveux et donc sur le développement intellectuel.
  • Il favorise le fonctionnement normal du cœur.
  • Il favorise le développement et le fonctionnement des muscles.
  • L'oligoélément iode favorise la croissance et la maturation du squelette.
  • Il est nécessaire à une bonne fertilité et stimule la lactation chez la femme allaitante.
  • Il a une action positive sur le système tégumentaire : peau, cheveux, ongles…
  • Il favorise la mobilité gastro-intestinale et a une action sur l’activité sécrétrice des sucs digestifs.

Besoins quotidiens en iode et excès

Chez un adulte, les besoins sont aux alentours de 150 mg d'iode par jour. Ces besoins sont normalement comblés par une alimentation équilibrée. Suivant l'âge et l'activité physiologique, l'AJR en Iode évolue. Mais attention, en cas d'excès (souvent dû à des médicaments), les risques sont importants.

AJR EN IODE :

Les besoins journaliers en iode sont de l’ordre de 120 à 150 mg / jour chez l’adulte et de 70 mg / jour chez l’enfant.

Une alimentation normale suffit généralement à couvrir les besoins de notre organisme en Iode.


Tableau récapitulatif des apports journaliers recommandés en Iode.

Age AJR en iode en mg
Nourrissons 0 à 1 an
Enfants 1 à 3 ans
Enfants 4 à 10 ans
Adolescents
Adultes
Femmes enceintes
Femmes allaitantes
Sportifs
40 à 50
70 à 100
120
150
150
200
200
300
AJR = Apports Journaliers Recommandés (dose minimale d'Iode à consommer chaque jour).


EXCÈS EN IODE :

La surcharge en iode est également très fréquente, mais elle est rarement d’origine alimentaire. Il s’agit le plus souvent d’un surdosage médicamenteux.

Un excès d’apport en iode peut entraîner une hyperthyroïdie ou au contraire, le surplus inhibe la synthèse des hormones thyroïdiennes et peut donc causer ensuite une hypothyroïdie.

Une présence excessive d’iode ou de ses dérivés, les iodures surtout, peut aussi provoquer chez des sujets présentant une susceptibilité spéciale, ce que l’on appelle l’« iodisme » : cette intoxication est caractérisée par des symptômes d’intolérance légers (coryza, larmoiement, éruptions cutanées, salivation, pharyngite, acné, purpura, hémorragies diverses, tachycardie, céphalée, vertiges,…) ou graves (œdème de la glotte ou du poumon).

Les symptômes d’une surcharge en iode sont alors les mêmes que ceux décrits plus haut, selon la maladie déclenchée : hypo ou hyperthyroïdie.

CARENCE EN IODE

La carence en oligoélément Iode entraîne une hypothyroïdie, qui peut être grave, avec des effets variés, allant du goitre aux hallucinations, en passant par le crétinisme et la stérilité. Heureusement, un manque d'iode est rare.

Si la carence en iode est trop forte, le goitre peut s’accompagner d’une hypothyroïdie dont les signes cliniques sont : un ralentissement psychomoteur (fatigue générale, diminution de la mémoire), des troubles psychiques (hallucinations, dépressions), des troubles digestifs (constipation, perte d’appétit voire anorexie), des problèmes musculaires (crampes et myalgies), une anémie modérée (due à un défaut d’absorption du fer et des vitamines B9 et B12), une prise pondérale, une intolérance au froid, une diminution de la fonction ovarienne pouvant mener à une stérilité, des règles irrégulières et abondantes, une diminution de la lactation, une augmentation des taux sanguins en cholestérol et en triglycérides, une diminution de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle…

Chez les nourrissons, on observe un ralentissement ou une déficience du développement cérébral, voire une arriération mentale, un retard de la croissance, ainsi qu’une grosse langue, une constipation, des proportions inadéquates du squelette...

En l’absence d’un traitement précoce et efficace, l’évolution se fera vers un nanisme accompagné d’une débilité profonde (crétinisme).

SOURCES ALIMENTAIRES EN IODE

L'iode est présent dans de très nombreux aliments. Le sel de mer en est la principale source alimentaire dans les sociétés occidentales, car il est enrichi en iode. Tous les produits de la mer sont de bonnes sources d'iode, ainsi que les légumes.

L’iode est essentiellement présent dans le sel marin iodé.

Mais il est indispensable de se tourner vers d’autres sources riches en iode car de nouvelles recommandations préconisent de réduire l’usage du sel de table afin de diminuer les risques cardio-vasculaires imputables à une surconsommation de sel (hypertension par exemple).

On le trouve également dans les crustacés et les autres produits venant de la mer : les poissons de mer (morue, sardines, maquereau…), les algues, les huîtres et les coquillages….ainsi que dans l’huile de foie de morue, la viande, les œufs, les laitages et certaines céréales.

L’eau minérale et les aliments tels que les poireaux, le cresson, les épinards, les haricots verts, les navets, l’oignon, l’ail, le chou, les carottes, les radis…….possèdent une teneur en iode qui varie selon la teneur en iode des sols sur lesquels on les recueille.

Surveillance du taux d’iode

Suivant le régime alimentaire, l'activité physique, l'âge, les médicaments consommés ou encore l'état physiologique (femme enceinte ...), la quantité d'Iode nécessaire pour le bon fonctionnement du corps varie. Il peut alors être intéressant de soigner son apport en Iode pour prévenir tout dysfonctionnement.

Chez certaines personnes, ou dans quelques situations particulières, il est important de surveiller le taux d'Iode, pour être certain que la quantité d'Iode apportée au corps est suffisante.

Les personnes suivantes doivent surveiller leur apport en Iode :

  • Chez les femmes enceintes et allaitantes : tout manque d’iode peut occasionner un retard mental chez le bébé.
  • Chez les femmes ménopausées : car la glande thyroïde connaît très souvent des dérèglements à cette période. 1 femme sur 5 connaît entre 50 et 60 ans un dysfonctionnement thyroïdien, le plus souvent une hypothyroïdie.
  • Chez les sportifs : ils semblent plus sensibles à une carence en iode, celle-ci étant peut-être due à une perte par la transpiration. Attention donc à la pratique d’une activité sportive lors de forte chaleur.
  • Chez les nourrissons.
  • Chez les adolescents : car c’est une période de grand bouleversement hormonal, où la fonction thyroïdienne est fortement sollicitée.
  • Chez le sujet âgé : car la glande thyroïde vieillit elle aussi et les troubles deviennent plus fréquents après 60 ans.
  • Dans les régions éloignées de la mer ou au contraire dans certains pays tels que le Japon où la consommation d’algues est très importante et peut occasionner un excès d’iode dans l’organisme, cause fréquente d’hyperthyroïdie.
  • Dans les régimes hyposodés (les régimes sans sel).
  • Chez les végétariens : car ils ne mangent pas de viande, de poissons et de laitage qui sont des sources importantes d’iode.
  • Lors de la prise de médicaments : tels que des anti-arythmiques, du lithium, des produits de contraste et des désinfectants à base d’iode.
  • Chez les fumeurs : car le tabac freine l’absorption de l’iode par l’organisme.
  • Chez les sujets qui consomment de manière abondante des aliments dits « goitrogènes » c’est-à-dire qui peuvent provoquer l’apparition d’un goitre. C’est le cas du chou, du brocoli, du radis,… C’est une situation que l’on rencontre peu dans les pays industrialisés où l’alimentation est diversifiée, mais il existe encore des lieux dans le monde où le goitre est causé par un aliment de base.

Iode : le conseil en plus

L'iode ne travaille pas seul avec la glande thyroïdienne, il agit en synergie avec deux oligoéléments antioxydants : le zinc et le sélénium.

Pour fabriquer des hormones thyroïdiennes, la glande thyroïde a besoin non seulement d’iode, mais également de deux autres oligoéléments : le zinc et le sélénium. Si l’organisme est carencé en l’un de ces trois oligoéléments, il peut s‘ensuivre un ralentissement de la fonction thyroïdienne.

* L'eau de mer est naturellement iodée, donc le sel de mer contient de l’iode naturellement. Par contre, le sel extrait de mines de sels (anciennes mers évaporées) ne contient pas d'iode. Or, c'est un élément essentiel au bon développement de l'être humain, et la loi oblige le sel de table à être complété en iode avant la vente s'il n'en contient pas assez.

Si on manque d'iode, le cerveau et la glande thyroïde se développent mal.

C'est pour cela que l'on dit "crétin des Alpes". Autrefois, dans les Alpes, loin de la mer et des circuits de commerces, vivaient des gens qui mangeant trop peu (pas du tout) de poissons marins, de sel de mer ou autre source d'iode et ils étaient "crétins"(les gens avaient des carences, et développaient du nanisme, des goitres et un retard mental.

On donne aussi de l'iode en cas d'accident nucléaire car l'organisme confonds césium et iode et peut fixer du césium (radioactif) plutôt que de l'iode ce qui n'est pas sympa pour les tissus autour (risque cancérigène avéré).

**Sachez que le sel mer n’est pas obligatoirement enrichi en iode. Assurez-vous de choisir ceux qui le sont.


Méthode pour évaluer les carences ou surcharges en iode !

Mettre de la teinture d'iode sur un carré de peau : tant que le corps en a besoin, la tache marron, en principe, disparaît rapidement.
Si la tache disparaît en 24 h, alors il y a un manque cruel d’iode ; lorsque la tache met 5 jours pour être absorbée, le corps a l’iode qui lui convient.
Continuer jusqu'à obtention d'un bien être total, et faire le test sur la peau de temps en temps.
Cependant cette méthode est très empirique et le moment de la surcharge possible peut s’avérer ne pas fonctionner pour tout le monde.


D’autres symptômes peuvent être pris en considération pour évaluer la surcharge en iode :

  • L'excès d’iode peut provoquer une exagération du flux menstruel
  • Douleur de gorge ou nez qui coule sans raison
  • Énervement, excitation ou autre symptôme inhabituel

Enfin il existe des examens de laboratoire pour mesurer la charge en iode de l’organisme.




Article suivant : Suite (partie 2) :




Article précédent :




Sources partie 1 et 2
Organisation mondiale de la santé. Demander à l’expert - La carence en iode peut-elle réellement provoquer des lésions cérébrales?, OMS. http://www.who.int/features/qa/17/fr/
Thyroid Hormone Therapy for Older Adults with Subclinical Hypothyroidism http://www.nejm.org/doi/pdf/10.1056/NEJMoa1603825
Glinoer D, DeMayer P, Delange F. et al. 1995 « A randomized trial for the treatment of mild iodine deficiency during pregnancy: maternal and neonatal effects » J Clin Endocrinol Metab. 80:258–269.
Marine D, Kimball OP. (1922) « The prevention of simple goiter » Am J Med Sci. 163:34–39.
EPA, Comment-response summary report; Peer Review of Drinking Water Health Advisory for Perchlorate Contract No. EP-C-07-021 Work Assignment No. 1-06 Prepared for: U.S. Environmental Protection Agency Office of Water Office of Science and Technology Health and Ecological Criteria Division 301 Constitution Ave, N.W. Washington, D.C.2004
Joseph G. Hollowell et al. « Iodine Nutrition in the United States. Trends and Public Health Implications: Iodine Excretion Data from National Health and Nutrition Examination Surveys I and III (1971–1974 and 1988–1994) » JCEM, oct. 1998; 83 (10): 3401
Crétin des Alpes : origine de l'expression Proposé par Philippe le 20/01/2010 dans Expressions http://secouchermoinsbete.fr/62-cretin-des-alpes-origine-de-lexpression
J. Malcolm O. Arnold,Cardiologue, Hôpital Victoria, London, Ontario Professeur de médecine adjoint, University of Western Ontario. LE COEUR ET LA GLANDE THYROÏDE
Diabète et thyroïde, article paru sur le site internet de l’Hôpital universitaire Robert-Debré, http://diabete-robertdebre.aphp.fr/diabete-thyroide/




Merci de l'intérêt que vous portez à danstonassiette.com
Nous vous invitons à laisser un commentaire ci-dessous pour donner votre avis.


Pensez vous inscrire à la newsletter et être ainsi les premiers informés des nouveautés.

Suivez-nous sur les différents réseaux sociaux, afin de ne rien manquer !

Un j'aime ou un partage çà fait toujours plaisir ! coeur-partage

Bref, être en contact avec vous et connaître votre avis est important pour nous !


Pour signaler tout problème technique veuillez contacter le webmestre via le formulaire contact en-haut à votre droite.
Référence :
Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche, comme par exemple Google ou Bing, pour retrouver l'information désirée.
AVERTISSEMENT : Le site [Dans ton Assiette (Site web)] n'est pas destiné à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie quelconque. Les informations contenues dans le site [Dans ton Assiette (Site web)] ne sont pas un substitut à un traitement médical. Toujours suivre les conseils de votre médecin.














lets-go

VOUS AIMEZ DANS TON ASSIETTE ? SOUTENEZ-NOUS, ABONNEZ-VOUS SUR NOTRE PAGE FACEBOOK (Fr, lien en anglais)



SUIVEZ-NOUS SUR PINTEREST (Fr, En),


TWITTER (Fr, En), GOOGLE+ (En, lien en français) ET SUR INSTAGRAM (Fr, En),


lets-go


Inscrivez-vous à notre Newsletter et recevez nos meilleurs articles, des promotions et d'autres contenus en exclusivités.


Remplissez le formulaire ci-dessous pour vous abonner:


Prénom :

Email :

Je veux :