» » vous êtes ici » Blog » Dépression + Antidépresseur = Ostéoporose

Dépression + Antidépresseur = Ostéoporose

L’ostéoporose et la dépression 2 pathologies reconnues comme de véritables problèmes de santé publique en raison de leurs conséquences et de leur fréquence, qui augmentent avec l’âge.
En effet, si l’ostéoporose touche 1 femme sur 3 après la ménopause et 1 homme sur 6 après 50 ans, pas moins de 6,3% de la population générale et 40 % des sujets âgés de plus de 50 ans prennent un traitement antidépresseur.


depression-antidepresseur-osteoporose

Depuis 10 à 15 ans, des études ont examiné les effets de la dépression et des antidépresseurs sur les fractures. La perte osseuse pourrait être un effet indésirable des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), voire une conséquence des effets physiologiques de la dépression.

L’expérience clinique montre une relation entre la dépression et l’ostéoporose; les femmes ménopausées, les femmes jeunes et les hommes sont à risque. Bien que les répercussions de la dépression sur le mode de vie soient des facteurs contributifs (par ex. l’incapacité de la personne déprimée à faire suffisamment d’exercice et à obtenir un apport suffisant en nutriments essentiels à la santé osseuse), cette relation a des causes plus profondes.

Dépression, perte osseuse et fractures

Dans la population âgée, environ 9 % des femmes et 3 % des hommes souffrent de dépression. Des chercheurs ont observé une densité minérale osseuse (DMO) amoindrie chez les sujets déprimés, femmes et hommes.

La dépression même a été reliée à la survenue de fractures. Ces dernières s’expliqueraient par les chutes, car la relation semblait disparaître après ajustement des données pour tenir compte des chutes, bien que d’autres processus seraient aussi mis en jeu.

Des études chez l’animal donnent à penser que la dépression crée un terrain propice à l’ostéoporose; on soupçonne notamment un dysfonctionnement du système hypothalamo-hypophysosurrénalien entraînant une élévation de la cortisolémie, ainsi que l’activité accrue de l’interleukine et du facteur de nécrose tumorale, des cytokines pro-inflammatoires.

Les hommes âgés semblent plus sensibles aux effets de la dépression que les femmes âgées, mais les femmes jeunes sont aussi à risque.

Système nerveux et tissu osseux

Depuis quelques années, une sous spécialité se développe : la neuro-ostéologie.

La dépression, au même titre que l’ostéoporose, constitue une préoccupation majeure de santé publique. Selon certaines évaluations, les antidépresseurs sont utilisés chez 6,3 % des adultes ; selon l’étude d’Ornstein et al., ce sont 40 % des personnes de plus de 55 ans qui y ont recours. Plusieurs études ont montré une densité minérale osseuse (DMO) diminuée chez les femmes dépressives par rapport aux témoins de même âge.

Il a également été montré que le système nerveux exerçait un contrôle sur le tissu osseux. Par exemple, le système nerveux sympathique est impliqué dans le contrôle de la masse osseuse. Globalement, le système β¬adrénergique, lorsqu’il est stimulé, a un effet négatif sur la masse osseuse, alors que, à l’inverse, les bêtabloquants ont plutôt un effet favorable.

Il y aurait également un excès de fractures chez les femmes dépressives, mais il faut se méfier des facteurs de biais tels que les chutes et les prises médicamenteuses.

Parmi les médicaments antidépresseurs, les plus utilisés à l’heure actuelle sont les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (SSRI). La fluoxétine (Prozac®) est le chef de file de cette classe thérapeutique. Elle s’oppose à la sérotonine. La présence de récepteurs à la sérotonine sur les ostéoblastes et les ostéocytes a été démontrée, et on observe une ostéoporose sévère chez les souris déficientes en sérotonine. On peut donc raisonnablement se demander si la fluoxétine, un temps surnommée “la molécule du bonheur”, ne peut pas être également une molécule génératrice d’ostéoporose. Les données de la SOF montrent une perte annuelle plus élevée chez les sujets traités par SSRI que chez les témoins.

Une autre étude montre une DMO plus basse chez les sujets traités par SSRI que chez les témoins, mais aussi que chez les sujets dépressifs traités par les tricycliques. Cela laisse à penser que c’est bien les SSRI qui sont responsables de cette baisse, et non pas uniquement la dépression.

Plusieurs études ont rapporté une plus grande fréquence des fractures de hanche et des fractures vertébrales.

Là aussi, les modèles animaux doivent être pris en compte et vont dans le sens d’une ostéoporose, par exemple chez les souris knock¬out pour la sérotonine.

Une étude de traitement des souris par la fluoxétine a montré également une perte osseuse par rapport aux témoins. À l’inverse, un tricyclique (désipramine) ne produisait pas cet effet.


Il convient donc de considérer la dépression et les SSRI comme des facteurs de risque bien documentés d’ostéoporose.


À voir également :


ostéoporose-alimentation-microbiote



Autres articles qui pourraient vous intéressés :





Merci de l'intérêt que vous portez à danstonassiette.com


Pensez vous inscrire à la newsletter et être ainsi les premiers informés des nouveautés.

Suivez-nous sur les différents réseaux sociaux, afin de ne rien manquer !

Un j'aime ou un partage ça fait toujours plaisir ! coeur-partage

Bref, être en contact avec vous et connaître votre avis est important pour nous !


Pour signaler tout problème technique veuillez contacter le webmestre via le formulaire contact en-haut à votre droite.
Référence :
Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche, comme par exemple Google ou Bing, pour retrouver l'information désirée.
AVERTISSEMENT : Le site [Dans ton Assiette (Site web)] n'est pas destiné à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une maladie quelconque. Les informations contenues dans le site [Dans ton Assiette (Site web)] ne sont pas un substitut à un traitement médical. Toujours suivre les conseils de votre médecin.











lets-go

DES EXCLUSIVITÉS CHAQUE SEMAINE SUR NOS RÉSEAUX SOCIAUX. ABONNEZ-VOUS POUR NE RIEN MANQUER !!

VOUS AIMEZ DANS TON ASSIETTE ? SOUTENEZ-NOUS, ABONNEZ-VOUS SUR NOTRE PAGE FACEBOOK



NOUS AVONS ÉGALEMENT CRÉER UN GROUPE SUR FACEBOOK

CONSEILS SANTÉ NUTRITION ALIMENTATION MÉDECINE DOUCES, INFOS ET ++ JOIGNEZ-VOUS À NOUS !!




SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER




SUIVEZ-NOUS SUR PINTEREST


lets-go


Inscrivez-vous à notre Newsletter et recevez nos meilleurs articles, des promotions et d'autres contenus en exclusivités.


Remplissez le formulaire ci-dessous pour vous abonner:


Prénom :

Email :

Je veux :